Le projet de loi de finances pour 2018 contient l'essentiel des réformes fiscales inscrites dans le programme fiscal d'Emmanuel Macron. Le texte, soumis au Parlement, sera publié au Journal officiel à la fin du mois de décembre, pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2018. 

Le barème de l'impôt est revalorisé de 1 %

Les tranches du barème progressif d'imposition devraient être revalorisées de 1 % en 2018. Les différents seuils et plafonds applicables pour le calcul de l'impôt sur le revenu devraient être relevés dans les mêmes proportions.

La déclaration en ligne est obligatoire à partir de 15 000 €

En 2018, vous devrez obligatoirement remplir votre déclaration des revenus 2017 en ligne si le revenu fiscal de référence de votre foyer dépassait 15 000 € en 2016. En 2019, tout le monde télédéclarera ses revenus, quel que soit leur montant.

Les revenus de l'épargne sont soumis à une "flat tax" de 30 %

Les intérêts et dividendes perçus à partir de 2018 seraient soumis à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %. Cette "flat tax" ne s'appliquerait pas à l'épargne défiscalisée et au PEA, et elle ne concernerait que les "gros" contrats d'assurance vie. Les contribuables pourraient renoncer à son application.

Les plus-values mobilières sont soumises à une "flat tax" de 30 %

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % devrait aussi s'appliquer aux plus-values de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux réalisées par les particuliers à partir du 1er janvier 2018.  Les contribuables pourraient renoncer à son application et rester soumis au barème de l'impôt.

Le dispositif Pinel est prorogé jusqu'en 2021

Les frais de notaire réduits dans l'immobilier neufLe dispositif Pinel en faveur de l'investissement locatif dans le neuf devrait être reconduit jusqu'en 2021. Mais il serait recentré sur les zones les plus tendues du territoire. Les zones B2 et C seraient exclus de la réduction d'impôt.

Le CITE est prorogé jusqu'à fin 2018

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique devrait être reconduit en 2018. Mais les chaudières à fioul et les fenêtres isolantes seraient progressivement exclues du crédit d'impôt. A partir de 2019, le CITE serait transformé en prime immédiate.

Le crédit d'impôt pour emploi à domicile est généralisé

Les frais d'emploi d'un salarié à domicile payés en 2017 donneront droit à un crédit d'impôt à tous les contribuables en 2018, qu'ils soient actifs ou inactifs. Les retraités modestes qui n'avaient droit qu'à une réduction d'impôt profiteront plus pleinement de l'avantage fiscal.

Les plafonds des régimes "micros" sont doublés

Les plafonds de chiffre d'affaires à respecter par les travailleurs non salariés pour bénéficier des régimes d'imposition simplifiés micro-BIC et micro-BNC devraient être plus que doublés. Ils passeraient à 170 000 € et 70 000 €, au lieu de 82 800 € et 33 200 €. Les nouveaux plafonds s'appliqueraient dès l'imposition des bénéfices de 2017.

La taxe d'habitation est supprimée progressivement

La suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des Français devrait être progressive. En 2018, les foyers concernés bénéficieraient d'un dégrèvement de 30 %. En 2019, un second dégrèvement de 65 % leur serait accordé. A partir de 2020, leur taxe d'habitation serait totalement effacée. 

L'ISF est transformé en impôt sur la fortune immobilière

L'ISF devrait être supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) à partir de 2018. Seuls les actifs immobiliers resteraient imposables. L'argent, les titres, les meubles et les placements financiers seraient exonérés. La réforme permettrait de diviser par deux en moyenne la charge fiscale des redevables.

Le prélèvement à la source est reporté à 2019

L'entrée en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt prévue le 1er janvier 2018 est repoussée au 1er janvier 2019. Selon les rapports d'évaluation de la réforme remis au parlementaires, rien ne s'oppose à sa mise en oeuvre dans un an.