Impôts 2018, ce qui va changer

Les travailleurs non salariés qui exercent leur activité à titre individuel ou dans le cadre d'une société soumise à l'impôt sur le revenu, sont imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) s'ils sont commerçants ou artisans, et dans celle des bénéfices non commerciaux (BNC) s'ils exerce une profession libérale.

Lorsque leur chiffre d'affaires de l'année précédente ou de l'année d'avant ne dépasse pas un plafond, ils peuvent bénéficier d'un régime d'imposition simplifié. Selon le cas, il s'agit du régime micro-BIC ou du régime micro-BNC. Le fisc applique alors un abattement de 34 %, de 50 % ou de 71 % sur leurs chiffre d'affaires déclaré, représentatifs des charges à déduire. Seul le reliquat est soumis au barème de l'impôt, avec les autres revenus du foyer.

170 000 € ou 70 000 €

Compte tenu du relèvement des plafonds des régimes "micros", vous y êtes soumis de plein droit cette année, pour l'imposition de vos bénéfices réalisés en 2017, si votre chiffre d'affaires brut (ou vos recettes brutes) de 2017 n'a pas dépassé:

170 000 € si votre activité principale est de vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir des logements (à l'exclusion de la location meublée autre que les meublés de tourisme et les chambres d'hôtes) ;

70 000 € si vous avez une autre activité non salariée.

Régimes "micros", régime réel et TVA

Le bénéfice des régimes micro-BIC et micro-BNC n'est plus réservé aux contribuables qui bénéficient d'une franchise de TVA. Les deux régimes sont désormais décorrélés. Vous pouvez bénéficier du régime micro-BIC ou micro-BNC même si vous êtes redevable de la TVA.

Retenez aussi que cette année, à titre exceptionnel, les travailleurs indépendants dont le chiffre d'affaires de 2017 est inférieur au plafond des régimes "micros" peuvent opter pour le régime réel d'imposition (ou celui de la déclaration contrôlée pour les titulaires de BNC) jusqu'au 3 mai 2018 (date limite de dépôt des déclarations de résultats).

Le relèvement des plafonds des régimes "micros" concerne également les auto-entrepreneurs. Ceux d'entre eux qui souhaitent soumettre leur chiffre d'affaires de 2018 au prélèvement fiscal libératoire payable à la source peuvent opter pour son application jusqu'au 31 mars 2018 (au lieu du 31 décembre 2017 normalement).