En 2019, nous serons soumis au prélèvement à la source sur les revenus de 2019. En principe, nous devrions aussi payer des impôts sur les revenus de 2018.

Pour éviter cette surcharge fiscale, il est prévu que l'impôt calculé sur les revenus perçus cette année soit annulé grâce à un crédit d'impôt exceptionnel d'égal montant qui permettra de remettre les compteurs à zéro.

Toutefois, les revenus exclus de la réforme du prélèvement à la source perçus en 2018 resteront imposés dans les conditions "normales" en 2019. Sont concernés principalement les revenus de placement (dividendes, intérêts) et les plus-values (mobilières et immobilières).

De même, les revenus exceptionnels par nature perçus en 2018 resteront imposables en 2019 : indemnités de rupture de contrat, primes, stock-options...

Enfin, des mesures particulières seront votées pour éviter les effets d'aubaine de la part de ceux qui peuvent concentrer leurs revenus sur 2018. Par exemple, les travailleurs indépendants et les dirigeants d'entreprise seront imposés sur la part de leurs bénéfices de 2018 qui dépasse le plus élevé de ceux des exercices 2015, 2016 et 2017. De même, des règles particulières de déduction sont prévues pour les charges payées en 2018 et en 2019 par les propriétaires de biens loués...

Retenez encore que les dépenses payées en 2018 pour l'emploi d'un salarié à domicile ou pour faire garder un enfant par une assistante maternelle devraient continuer à ouvrir droit à réduction ou crédit d'impôt en 2019. En revanche, les dépenses déductibles de votre revenu imposable payées en 2018 (pensions alimentaires, épargne retraite sur un Perp, etc.) ne vous seront d'aucune utilité fiscalement, sauf si le crédit d'impôt exceptionnel ne compense pas totalement vos impôts de 2019 !