Impôts 2020, ce qui change

Pour apprécier les capacités financières réelles de votre foyer fiscal, le fisc calcule chaque année votre revenu fiscal de référence (RFR) à partir des éléments inscrits dans votre déclaration de revenus. Ce revenu reconstitué lui permet de se faire une idée précise des ressources dont vous disposez pour vivre, et ainsi de déterminer les avantages fiscaux et les aides sociales auxquels vous pouvez prétendre.

Le montant du revenu fiscal de référence 2018 de votre foyer fiscal est inscrit en haut de la première page de votre avis d’imposition 2019 (ou de votre avis de situation déclarative à l'impôt sur le revenu - Asdir- si vous n'êtes pas imposable). Il vous a été envoyé à votre domicile au cours de l'été 2019 (sauf si vous avez renoncé à le recevoir en version papier). Vous pouvez aussi le consulter en ligne, depuis votre espace particulier sur le site des impôts.

Un revenu reconstitué par le fisc

 Le revenu fiscal de référence est dans la plupart des cas égal au revenu net imposable de votre foyer fiscal soumis au barème progressif de l’impôt.

Le cas échéant, le fisc y ajoute vos revenus soumis à une imposition forfaitaire (retraits d'une assurance vieretraite perçue en capital, bénéfices soumis au versement libératoire des micro-entrepreneurs, etc.).

Il tient également compte de certains revenus exonérés d’impôt perçue dans l'année par les membres de votre foyer : rémunérations des salariés détachés à l’étranger, rémunérations des heures supplémentaires défiscalisées, revenus distribués par les fonds communs de placement à risques, bénéfices des jeunes entreprises innovantes, etc.

Le fisc réintègre par ailleurs certaines charges et certains abattements déduits de vos revenus pour le calcul de votre impôt sur le revenu. Par exemple, si vous épargnez pour votre retraite dans le cadre d'un Plan d’épargne retraite populaire (Perp), les sommes déduites de vos revenus imposables sont réintégrées pour calculer votre revenu fiscal de référence. Il en va de même de l’abattement de 40 % dont profite vos dividendes d’actions et de l’abattement pour durée de détention applicable sur certaines plus-values mobilières, si vous avez renoncé au prélèvement forfaitaire unique et opté pour l'application du barème progressif de l'impôt.

Un critère pour certains avantages

Le revenu fiscal de référence sert de critère pour l’attribution de certains avantages fiscaux. Son montant conditionne notamment l’octroi de la baisse d’impôt plafonnée à 20 % et des exonérations d’impôts locaux accordées aux foyers modestes, ou encore de la dispense de prélèvement à la source sur les revenus de l’épargne. Il sert aussi à déterminer le droit à la CSG réduite ou à l’exonération de CSG sur les "petites" retraites. Il détermine par ailleurs le droit des micro-entrepreneurs à opter pour l’imposition de leurs bénéfices selon le système du versement fiscal libératoire.

En sens inverse, le revenu fiscal de référence sert aussi de critère pour imposer certaines obligations aux contribuables, comme celle de  payer la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus.

Enfin, le revenu fiscal de référence sert à déterminer votre éligibilité à certains dispositifs sociaux tels que l’attribution de la bourse des collèges, d’un logement HLM ou d’une subvention pour travaux de l’Agence de l’habitat (Anah). Il sert aussi aux communes pour déterminer les tarifs de la cantine ou de la crèche.