L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Etudiants, apprentis : comment êtes-vous imposés ?

En tant que majeur, vous formez votre propre foyer. Certains de vos revenus bénéficient toutefois d'une exonération. En tant qu'étudiant, vous pouvez demander le rattachement au foyer de vos parents. Y compris si vous ne vivez plus chez eux.

Vos impôts et vos enfants


Etudiants:  4 564 € de salaires exonérés

Si vous avez moins de 26 ans, vos salaires perçus en rémunération de jobs étudiants sont exonérés d'impôt à hauteur de 3 Smic mensuel. Soit, pour 2019, 4 564 €. Seul le surplus est imposable.

Peu importe que vous formiez votre propre foyer ou que vous soyez rattaché à celui de vos parents. Dans ce cas, ces derniers ont malgré tout droit à la réduction d’impôt pour frais de scolarité.

Les indemnités perçues lors d’un stage étudiant sont aussi exonérées, à hauteur du Smic annuel. Soit, pour 2019, 18 255 €. Là encore, peu importe que vous déclariez ou pas vos revenus séparément. Cette exonération est cumulable avec celle accordée aux étudiants de moins de 26 ans.

Les bourses d’études accordées sur critère social pour vous permettre de poursuivre vos études sont également non imposables. Seules celles reçues pour des travaux ou recherches effectués sous l’autorité d’un professeur le sont.

Apprentis : 18 255 € de salaires exonérés

La poursuite des études signifie qu'il faut fréquenter pendant l'année scolaire un établissement où est donnée une instruction générale, technologique ou professionnelle, comportant des conditions de travail, d'assiduité, de contrôle, de discipline telles que l'exige la préparation de diplômes officiels. En conséquence, si vous êtes apprenti, avez moins de 25 ans et si votre formation remplit ces conditions, vous pouvez opter pour votre rattachement au foyer de vos parents, comme les autres étudiants.

Vos salaires perçus dans le cadre d'un contrat d’apprentissage sont exonérés à hauteur du Smic annuel. Soit, pour 2019, 18 255 €. Là encore, l'exonération s'applique y compris en cas de rattachement. Seul le surplus est imposable.

Mais attention, cette limite doit être proratisée en fonction du nombre de mois travaillés, en cas de démarrage ou de fin d'apprentissage en cours d’année. De plus, l’exonération n’est pas applicable aux contrats de professionnalisation, type contrat de qualification ou d’orientation.

Vous demandez le rattachement à vos parents

Continuer de compter à charge un enfant devenu majeur est possible jusqu'à ses 21 ans sans conditions, et ses 25 ans s'il poursuit ses études. Cela permet à vos parents de conserver la majoration de quotient familial à laquelle vous leur donnez droit. Soit 1/2 part, ou 1 part entière à partir du troisième enfant. Voire davantage si vous êtes titulaire de la carte d’invalidité ou si votre parent est considéré comme un "parent isolé". Mais attention, en contrepartie, vos parents doivent ajouter à leurs revenus ceux que vous avez perçus dans l'année, sauf ceux exonérés d'impôt.

Vos parents doivent aussi avoir à l'esprit que l'économie d'impôt attachée aux demi-parts supplémentaire de quotient familial pour personnes à charge est plafonnée. S'ils font partie du million de contribuables concernés par le plafonnement du quotient familial, ils ont peut-être intérêt à privilégier votre imposition distincte et à vous verser une pension alimentaire déductible de leurs revenus (voir ci-contre), plutôt que de vous rattacher à leur foyer.

Attention ! Le rattachement d'un enfant marié ou pacsé ou d'un enfant chargé de famille ne majore pas le quotient familial des parents, mais leur ouvre droit à un abattement sur leur revenu imposable. L'économie d'impôt en résultant dépend évidemment de leur taux marginal d'imposition.

Vous touchez une pension alimentaire

Lorsque vous formez votre propre foyer fiscal, vos parents n'ont plus droit aux majorations de quotient familial correspondantes. Mais en contrepartie, ils n'ont plus non plus à inclure vos revenus imposables dans leur propre déclaration de revenus.

Si vous êtes dans le besoin, ils peuvent vous venir en aide. en vous versant une pension alimentaire. Elle est déductible de leurs revenus dans certaines limites si elle sert à financer vos besoins essentiels (logement, nourriture, études...) et si elle est proportionnée à leurs moyens. Peu importe, en revanche, que vous viviez encore sous leur toit ou que vous ayez quitté le nid familial.

Pour l'imposition des revenus de 2018, vos parents peuvent déduire ces aides (y compris celles délivrées en nature), à hauteur de 5 888 € (par enfant majeur). Si vous vivez encore chez eux, ils peuvent déduire sans justificatif 3 3500 € pour votre hébergement et votre nourriture, sans justificatif. Mais attention, vous devrez déclarer de votre côté la pension déduite du leur.

Faites vos comptes ! Pour vos parents, la déduction d'une pension alimentaire sera préférable à votre rattachement si elle leur permet de réaliser une économie d'impôt supérieure à celle résultant des demi-parts supplémentaires auxquelles vous leur donnez droit. La solution à privilégier dépend du montant de pension versée, de votre taux d'imposition et de celui de vos parents, et du montant de vos revenus imposables.


Zoom sur

Simulez, comparez et faites le bon choix

Pas évident de savoir quelle solution privilégier pour optimiser vos impôts et ceux de vos parents. On l'a vu, le choix entre rattachement et déduction d'une pension dépend de plusieurs critères.

Un choix compliqué par les effets induits du rattachement. En effet, les personnes à charge apportent certains avantages fiscaux à ne pas négliger : réduction pour frais de scolarité, majoration des dépenses prises en compte pour le calcul de certaines réductions, majoration de la prime pour l'emploi du foyer, abattements en matière de taxe d'habitation...

A l'inverse, votre imposition séparée peut éviter à vos parents d'être taxés au taux supérieur du barème de l'impôt. Elle peut aussi vous permettre de ne pas être imposable, de profiter de baisses d'impôt ou de prélèvement à la source.

Quelle solution choisir ? Pour le savoir, comparez l'impôt que vous et vos parents aurez à payer si vous déclarez chacun de votre côté, avec l'impôt dû en cas de rattachement. 

Je choisis la meilleure façon de déclarer avec Dispofi