L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Vos impôts et vos enfants majeurs

L'enfant âgé de 18 ans au 1er janvier de l’année d’imposition forme son propre foyer fiscal et doit remplir sa propre déclaration. S'il a moins de 21 ans, ou moins de 25 ans et poursuit ses études, il peut demander le rattachement au foyer de ses parents.

Vos impôts et vos enfants

Les déclarations d'impôt 2019


L’imposition séparée de l’enfant

Pour un enfant, la majorité est synonyme d'indépendance. Il devient imposable personnellement et il doit remplir sa première déclaration. Il forme son propre foyer fiscal et il bénéficie de l’ensemble des règles qui gouvernent l’imposition des revenus. Il peut obtenir une réduction d'impôt pour les intérêts liés à la souscription d'un prêt étudiant avant 2009 !

Ses parents n’ont pas à déclarer ses revenus. Ils ne doivent plus l'inscrire sur leur déclaration d'impôts. Ils perdent la majoration de quotient à laquelle il leur donnait droit lorsqu'il était mineur : une demi-part ou une part selon sa place dans la fratrie, voire une part et demie si l'enfant est infirme.

Si les parents forment deux foyers fiscaux, celui des deux qui vit seul et qui n’a plus de personnes à charge peut bénéficier d’une majoration de quotient d’une demi-part, s’il a eu la charge d’un enfant pendant au moins cinq ans en tant que parent isolé.

Le rattachement de l’enfant majeur

L'enfant majeur peut demander son rattachement au foyer de ses parents s'il est âgé de moins de 21 ans ou de moins de 25 ans et poursuit ses études (conditions appréciées au 1er janvier de l'année d'imposition). Qu’il vive ou non chez eux ! Il doit établir une demande de rattachement conforme à celle de la notice jointe à la déclaration. Ses parents doivent l'inscrire page 2 de leur propre déclaration de revenus.

Le rattachement oblige les parents à ajouter à leurs revenus ceux perçus par l’enfant, lequel n’a pas de déclaration personnelle à souscrire. En contrepartie, ils bénéficient d'une majoration du nombre de parts de quotient familial, identique à celle obtenue pour un enfant mineur à charge.

Un enfant majeur de parents divorcés ne peut être rattaché qu'au foyer d'un de ses parents. Il doit choisir celui de ses parents auquel il souhaite être rattaché. Ce choix peut être différent chaque année.

Les réductions d'impôt

En cas d'imposition séparée de l'enfant majeur, ses parents perdent le bénéfice des avantages auxquels donnent droit un enfant à charge : réductions et crédits d'impôt pour frais de scolaritéfrais de garde ou emploi d'un salarié à domicile, majorations des dépenses retenues pour le calcul de certains avantages fiscaux, abattement en matière de taxe d’habitation...

En cas de rattachement de l'enfant majeur au foyer de ses parents, ceux-ci peuvent bénéficier de ces avantages. En revanche, ils ne peuvent pas bénéficier de la réduction d'impôt pour prêt étudiant, celle-ci ne jouant que si l'enfant forme son propre foyer fiscal.

L'enfant majeur imposé personnellement ne peut pas bénéficier de la réduction d'impôt pour frais de scolarité, cet avantage étant accordé pour les frais de scolarité des enfants à charge.

Le versement d'une pension alimentaire

En cas d'imposition séparée de l'enfant majeur, ses parents peuvent déduire la pension alimentaire qu'il lui verse, s'il est dans le besoin (à hauteur de 5 795 € pour 2018), sur leur déclaration d'impôts. S’ils sont imposés séparément, chacun peut déduire cette somme  sur sa propre déclaration. L'enfant majeur doit déclarer les pensions reçues de ses parents, à hauteur de la fraction déductible de leurs revenus.

En cas de rattachement de l'enfant majeur au foyer de ses parents, ceux-ci ne peuvent pas déduire de leurs revenus la pension alimentaire qu'ils lui versent.

En cas d'imposition séparée des parents, celui qui ne rattache pas l'enfant majeur peut déduire la pension qu’il verse, à hauteur de 5 795 € pour 2018. Cette pension est imposable au nom du parent qui rattache l'enfant.