Régime "micro" ou réel, rattachement d'un enfant majeur ou déduction d'une pension alimentaire, déduction forfaitaire ou frais réels... certains choix faits au moment de remplir votre déclaration permettent de réduire votre revenu imposable et, partant, votre impôt sur le revenu.

Quel régime d'imposition pour vos loyers ?

Les revenus d'une location non meublée sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers. Il existe deux régimes d'imposition pour ces revenus : le régime microfoncier et le régime réel d'imposition. Selon vos recettes annuelles et la nature de vos propriétés, vous êtes soumis de plein droit à l'un d'eux. Mais lorsque vous relevez du "micro", vous pouvez opter pour le "réel".

Le régime microfoncier est applicable de plein droit si vos loyers annuels n'excèdent pas 15000€ et si vos biens loués ne bénéficient d'aucun régime fiscal de faveur type Robien ou Borloo. Il vous exonère d'avoir à remplir une déclaration de revenus fonciers, votre seule obligation étant de reporter vos loyers case 4BE de la déclaration n°2042. Ce régime simplifié d'imposition consiste à déduire de vos recettes un abattement de 30% représentatif de vos charges. Vous êtes donc imposable sur 70% de vos loyers et vous ne pouvez déduire aucune charge pour son montant réel. C'est le fisc qui déduit directement cet abattement.

Obtenez le fac-similé de votre "2044" prérempli !

Grâce à notre simulateur de revenus fonciers, calculez votre résultat foncier quel que soit le type de biens donnés en location, le montant de vos loyers ou le dispositif particulier dont vous relevez. Vous êtes certain de choisir le régime d'imposition le plus intéressant pour vous. Vous obtenez le fac-similé de votre déclaration de revenus fonciers enrichi des informations que vous avez saisies. Vous mesurez l'impact positif ou négatif de vos revenus fonciers sur vos impôts !

Le régime réel est applicable de plein droit si vos loyers annuels dépassent 15000€, ou, quel que soit leur montant, si un de vos biens est soumis à un régime fiscal de faveur. Vous devez alors déterminer vous-même votre revenu imposable, en déduisant de vos loyers bruts les charges que vous supportez. Vous devez remplir une déclaration de revenus fonciers 2044, puis reporter le résultat obtenu sur votre "2042".

Le régime réel est aussi applicable sur option, lorsque vous relevez du "micro". Vous avez intérêt à exercer cette option chaque fois que vos dépenses déductibles dépassent l'abattement de 30 %. Tel peut-être le cas si vous avez supporté d'importants travaux. A fortiori, l'option est intéressante lorsque vous constatez un déficit foncier (vos charges dépassent vos recettes). Pour l'exercer, il suffit de remplir une "2044" à joindre à votre "2042". Mais attention, l'option pour le régime réel est valable 3 ans, puis est reconduite tacitement par période d'un an.

Quelle option pour vos enfants majeurs ?

Vos enfants majeurs sont, en principe, imposés personnellement et forment leur propre foyer fiscal. Ils peuvent néanmoins demander le rattachement à votre foyer s'ils ont moins de 21 ans ou moins de 25 ans et poursuivent des études. Vous devez alors le mentionner cadre D de la déclaration 2042 pour bénéficier d'une demi-part ou d'une part supplémentaire de quotient familial (par enfant rattaché).

Autre solution, si vous ne rattachez pas un enfant majeur, vous pouvez déduire de vos revenus la pension alimentaire que vous lui versez, dans la limite de 5 726 € par enfant (montant valable pour l'imposition des revenus 2014). A condition, toutefois, de pouvoir justifier l'état de besoin de votre enfant et le montant des dépenses supportées pour son compte. Par exception, toutefois, si votre enfant vit chez vous, vous pouvez déduire 3 403 € au titre du logement et de la nourriture sans justificatif (les autres dépenses sont alors déductibles pour leur montant justifié, dans la limite de 2 323 €.

Faites vos comptes avant de vous décider !

Le point de savoir si vous avez intérêt à rattacher un enfant majeur à votre foyer dépend de plusieurs paramètres : vos revenus, les siens, votre taux d'imposition, ses droits à la prime pour l'emploi, etc. Tenez aussi compte des effets induits par le rattachement: réduction d'impôt pour frais de scolarité, majoration des dépenses ouvrant droit à certains avantages fiscaux, abattement en matière de taxe d'habitation, droit à la prime pour l'emploi (de votre foyer ou de votre enfant). Faites le bon choix grâce à Calcul impôts 2015 de Dispofi !

Vous pouvez aussi rattacher un enfant marié, pacsé ou chargé de famille. Vous bénéficiez alors d'un abattement sur votre revenu global de 5 726 € par personne rattachée (enfant, conjoint et petits enfants), et non d'une majoration de quotient familial.

Quelle déduction pour vos salaires ?

Les salariés bénéficient d'une déduction forfaitaire de 10% pratiquée par le fisc pour compenser leurs frais professionnels. Pour l'imposition des revenus 2014, cette déduction est plafonnée à 12157€ par contribuable. Si vos frais professionnels dépassent ce montant, vous avez peut-être intérêt à opter pour les frais réels.

Vous pouvez alors déduire de votre salaire toutes vos dépenses professionnelles, parmi lesquelles vos frais de véhicule pour vous rendre au travail et en revenir, dans la limite de 40 km (aller simple) par jour (au-delà, il faut justifier de circonstances particulières pour que le coût des kilomètres supplémentaires soit déductible). Le barème kilométrique (auto ou deux-roues) publié par le fisc vous dispense même de justifier du montant exact de vos frais... Vous pouvez aussi défalquer vos frais de repas à l'extérieur pour la part excédant le prix d'un repas pris à domicile évalué à 4,60 €. Ou encore des frais de formation, de locaux professionnels...

Simulez, comparez... et déclarez au mieux de vos intérêts!

Pour vérifier l'intérêt de soumettre vos loyers au "réel" plutôt qu'au "micro", de choisir les frais réels plutôt que les 10 %, de rattacher votre enfant majeur plutôt que de déduire la pension que vous lui versez, effectuez plusieurs calculs d'impôts. Avec Calcul impôts 2015 de Dispofi, vous pouvez comparer jusqu'à 5 simulations...

Intérêt de l'option, elle est individuelle, c'est-à-dire propre à chaque salarié du foyer fiscal. De plus, elle est annuelle et vous pouvez choisir chaque année entre les deux modes de prise en compte de vos frais. Pour l'exercer, il suffit d'indiquer vos frais déductibles dans les cases 1AK à 1DK de votre déclaration n°2042 et d'y joindre un relevé détaillé de vos dépenses.

Attention, si votre employeur vous verse des indemnités pour frais d'emploi, l'option vous imposent de les réintégrer dans votre rémunération imposable. En clair, vous devez alors corriger le montant inscrit par le fisc sur votre déclaration préremplie pour y ajouter ces indemnités. Seule exception, le fisc vous autorise à ne pas déclarer les indemnités qui couvrent des frais d'emploi dont vous ne demandez pas la déduction, si elles sont utilisées conformément à leur objet.