L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Le plafond du quotient familial est réduit à 1 500 €

L'avantage en impôt tiré des demi-parts de quotient familial pour charges de famille est une nouvelle fois réduit pour l'imposition des revenus de 2013, après une première réduction votée il y a un an. Il est abaissé à 1 500 € par demi-part. La mesure va entraîner une nouvelle hausse d'impôts pour au moins 1,5 million de ménages avec enfants.

Impôts 2014, ce qui vous attend

Anticipez vos impôts 2014


Une baisse de l'économie d'impôt de 25 % par demi-part

La règle est simple : vous bénéficiez d'une part de quotient familial lorsque vous vivez seul(e) et de deux parts lorsque vous vivez en couple et êtes soumis à imposition commune. Ce nombre peut être majoré de demi-parts supplémentaires, en raison de votre situation personnelle (invalidité, ancien combattant...), ou des personnes à votre charge (enfants mineurs, majeurs rattachés, personnes invalides vivant sous votre toit).

L'économie d'impôt procurée par ces demi-parts additionnelles est plafonnée lorsque les revenus de votre foyer sont supérieurs à un certain montant, variable selon sa composition.

Le plafond de l'économie d'impôt attaché à chaque demi-part pour charges de famille était fixé à 2 336 € en 2012 (imposition des revenus de 2011). Après une première baisse à 2 000 € en 2013 (imposition des revenus de 2012), ce plafond est une nouvelle fois réduit, à 1 500 €, en 2014 (imposition des revenus de 2013).

Cette baisse du quotient familial concerne aussi les parents isolés, qui bénéficient d'une part entière de quotient pour leur premier enfant à charge, au lieu d'une demi-part dans le cas général. L'avantage maximal en impôt lié à cette part est réduit de 500 €, à 3 540 € contre 4040 € les années passées.

Une hausse d'impôt fonction du nombre d'enfants

Pour les familles concernées par le plafonnement du quotient familial, la baisse des économies d'impôt liées aux enfants à charge est d'autant plus importante qu'ils ont un nombre d'enfants important.

Chacun des deux premiers enfants à charge est susceptible de faire augmenter les impôts de ses parents de 500 € maximum, puisqu'il leur procure une demi-part de quotient. Pour les enfants à charge suivants, c'est pire puisqu'ils procurent une part entière de quotient chacun. L'Etat espère ainsi récupérer 1 milliard d'euros !

Une famille avec un enfant à charge est donc susceptible de voir ses impôts 2014 augmenter de 500 € maximum du fait de la baisse du quotient familial. Une famille avec trois enfants à charge pourra avoir à payer 2 000 € de plus cette année.

Une première baisse du plafond de l'économie d'impôt attachée aux enfants à charge est intervenue en 2013. Elle était au maximum de 336 € pour chacun des deux premiers enfants et du double pour chacun des enfants suivants. Elle a rapporté 554 millions d'euros. En clair, en deux ans, une famille concernée par le plafonnement du quotient familial qui a un enfant à charge aura pu subir une augmentation d'impôts de 836 €. Une famille avec trois enfants une augmentation allant jusqu'à 3 344 € !

Au moins 1,5 million de foyers pénalisés

Tous les contribuables ne sont pas concernés par cette réforme, mais uniquement ceux qui déclarent un montant de revenus supérieur aux limites à partir desquelles le plafonnement du quotient familial s'applique.

Un couple avec un enfant à charge, par exemple, subira la mesure si ses revenus nets imposables de 2013 atteignent au moins 58 033 € ; un couple avec deux enfants si ses revenus nets imposables de 2013 dépassent 70 248 € ; un couple avec trois enfants si ses revenus nets imposables de 2013 dépassent 81 781 €...

Ces seuils sont inférieurs à ceux qui s'appliquaient il y a un an, lors de l'imposition des revenus de 2012, lesquels étaient eux mêmes inférieurs à ceux applicables encore un an plus tôt.

Le nombre de foyers qui va voir ses impôts augmenter en 2014 du fait de la baisse du quotient familial est évalué à 1,4 million par le gouvernement. Un nombre qui risque en réalité d'être bien supérieur. Lors de la première baisse du quotient, il avait évalué les foyers touchés à près de 900 000, alors qu'ils sont en réalité plus d'un millions. Soit 15 % de plus que prévu !

Les "vieux parents" également pénalisés

Certains contribuables bénéficient de majoration de quotient familial non pas en raison des personnes à leur charge, mais du fait de leur situation personnelle (ou de celle des personnes à leur charge).

Les personnes titulaires de la carte d'invalidité, par exemple, ainsi que celles qui ont à charge une personne titulaire d'une telle carte, majorent leur quotient d'une demi-part supplémentaire. De même, les anciens combattants ont droit à une demi-part supplémentaires. Quant aux veufs avec des enfants à charge, ils conservent le même nombre de parts qu'avant leur veuvage.

Ces majorations de quotient familial ne sont pas impactées par la baisse du plafond des demi-parts pour enfants à charge. L'avantage en impôts qui leur est attaché demeure inchangé en 2014.

En revanche, les célibataires, divorcés ou veufs sans personne à charge mais ayant eu au moins un enfant qu'ils n'ont pas élevé seul pendant au moins 5 ans perdent cette année la demi-part "vieux parents" à laquelle ils avaient droit jusqu'en 2013. Cette demi-part leur ayant permis de réduire leurs impôts au maximum de 120 € en 2013, ceux de 2014 pourront augmenter d'autant !