Les réductions d'impôt

Seules les cotisations versées à une organisation syndicale représentative de salariés ou de fonctionnaires ouvrent droit au crédit d'impôt: CGT, CFDT, CFTC, FO et CGC... De plus, seuls les salariés, les retraités et les chômeurs indemnisés peuvent y prétendre. Les travailleurs indépendants ne le peuvent pas, ni les personnes sans emploi qui ne perçoivent pas d'allocations de chômage.

Les conditions à respecter

Les salariés qui souhaitent profiter de ce crédit d'impôt ne doivent pas avoir opté pour la déduction des frais réels. Ils doivent être soumis à la déduction forfaitaire pour frais égal à 10 %.

Dans le cas contraire, ils peuvent uniquement déduire les cotisations syndicales payées dans l'année de leurs salaires imposables (sans limitation), mais ils ne peuvent pas jouer le crédit d'impôt.

Le montant de l'avantage fiscal

Le crédit d'impôt est égale à 66 % des sommes versées au cours de l'année, retenues à hauteur de 1 % de votre revenu brut imposable dans la catégorie des traitements, salaires, pensions et rentes viagères à titre gratuit. Les sommes versées au-delà de ce plafond sont définitivement perdues. Elles ne sont pas reportables sur les années ultérieures.

Pensez à joindre le reçu remis par le syndicat à votre déclaration, sauf si vous déclarez vos revenus par internet.

Les autres cotisations déductibles

D'autres cotisations payées dans l'année ouvrent droit à une réduction d'impôt.Il en va ainsi des cotisations versées aux associations syndicales autorisées dont l'activité consiste à mettre en place des actions de défense des forêts contre l’incendie. Elles ouvrent droit à une réduction d'impôt égale à la moitié des cotisations versées dans l'année, retenues à hauteur de 1 000 € par foyer. Soit une diminution d'impôt maximale de 250 € par an et par foyer.