L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Calcul de l'impact de la réforme de la fiscalité des revenus de placement sur vos impôts 2013

Entre l'augmentation du prélèvement libératoire et celle des prélèvements sociaux, les épargnants qui ont opté pour ce mode d'imposition ont vu leurs impôts grimper de 5 à 7 % sur leurs dividendes et intérêts de 2012 par rapport à ceux de 2011. Les épargnants soumis au barème progressif ne sont guère mieux lotis, avec la suppression de l'abattement fixe sur les dividendes et la baisse de la CSG déductible.

Impôts 2013, 10 hausses à la loupe

Des hausses d'impôts pour tous depuis 2 ans


Vous avez opté pour le prélèvement libératoire

Vos intérêts perçus en 2012 ont subi 24 % de prélèvement forfaitaire à la source, plus 15,5 % de prélèvements sociaux pour ceux perçus à compter de juillet 2012, soit une imposition globale de 39,5 % contre 32,5 % payés sur vos intérêts de 2011.

Vos dividendes d'actions perçus en 2012 ont subi 21 % de prélèvement forfaitaire à la source, plus 15,5 % de prélèvements sociaux pour ceux perçus à compter de juillet 2012, soit une imposition globale de 36,5 % contre 32,5 % payés sur vos intérêts de 2011.

Calcul de la hausse d'impôt

Vous avez perçu 3 000 € d'intérêts et 4 000 € de dividendes en 2012. Ayant opté pour le prélèvement libératoire, vous avez payé 2 645 € d'impôts. Ces mêmes revenus perçus en 2011 et soumis au même régime vous aurait coûté 2 275 € d'impôts.

+ 14 % ! C'est la hausse d'impôts que vous avez subie sur vos revenus de placement de 2012, compte tenu de l'augmentation du prélèvement libératoire et des prélèvements sociaux.

Vous n'avez pas opté pour le prélèvement libératoire

Vos dividendes d'actions perçus en 2012 ne vous ouvriront pas droit à l'abattement fixe de 1 525 € (3 050 € pour les couples), contrairement à ceux perçus en 2011. La CSG payée sur vos revenus mobiliers de 2012 est déductible de vos revenus imposables de 2012 à hauteur de 5,1 % seulement, contre 5,8 % antérieurement.

La perte de l'abattement fixe, la hausse des prélèvements sociaux et la baisse de la CSG déductible aboutissent à une hausse de vos impôts sur vos revenus mobiliers de 2012 d'autant plus importante que vous êtes imposable dans les tranches hautes du barème de l'impôt.

Calcul de la hausse d'impôt

Célibataire, vous avez perçu 3 000 € d'intérêts et 4 000 € de dividendes en 2012. Imposable à 14 %, vous payerez 1 554 € d'impôts sur ces revenus cette année. Vous auriez payé 1 034 € en 2012 pour la même somme encaissée en 2011.

+ 33 % ! C'est la hausse d'impôts que vous allez subir sur vos revenus de placement de 2012, alors que leur montant est le même qu'en 2011.

Certains paieront deux fois cette année

La réforme fiscale des revenus de placement, inscrite dans la loi de finances pour 2013, prévoit de soumettre les revenus de placement perçus à compter de 2013 à la même fiscalité que les revenus du travail. Ces revenus seront donc soumis au barème progressif de l'impôt l'année prochaine.

Les épargnants doivent néanmoins acquitter un prélèvement obligatoire à la source sur leurs revenus encaissés cette année. Fixé à 21 % pour les dividendes et à 24 % sur les intérêts, ce prélèvement sera déductible de vos impôts de 2014.

Ce prélèvement obligatoire va s'ajouter aux impôts à payer cette année sur leurs revenus de 2012, pour les contribuables qui n'ont pas opté pour le prélèvement libératoire.

Ces derniers vont donc payer deux fois l'impôt cette année, sur leurs revenus de 2012 et sur ceux de 2013.

Calcul de la hausse d'impôt

Vous avez perçu 3 000 € d'intérêts en 2012 et en percevrez autant en 2013. Imposable à 14 %, vous paierez cette année 864 € d'impôts sur vos intérêts de 2012 et 1 185 € sur ceux de 2013.

68,3 % ! C'est la fraction de vos revenus de placement de 2012 qui vont passer en impôts cette année, compte tenu du prélèvement obligatoire à la source applicable à vos vos revenus de placement de 2013.