L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Impôts 2021 : une exonération spécifique pour les frais de télétravail

allocations télétravail

Le Gouvernement a décidé d'exonérer d'impôt, dans la limite de 550 €, les allocations forfaitaires pour frais de télétravail versées aux salariés en 2020. La mesure s'applique à tous les salariés, y compris ceux qui optent pour la déduction de leurs frais réels.

La crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 a obligé de nombreux salariés à rester chez eux pour travailler en 2020, plutôt que de se rendre au bureau. Pour compenser les frais supplémentaires engendrés par ces périodes de télétravail, certains employeurs ont versé des allocations forfaitaires à leurs salariés. Le ministère des Finances a indiqué, dans un communiqué de presse du 2 mars 2021, que ces allocations sont exonérées d'impôt dans certaines limites.

Vous n'optez pas pour la déduction de vos frais réels

Les allocations forfaitaires reçues de votre employeur en 2020 pour couvrir vos frais de télétravail sont exonérées d'impôt dans la limite de 2,50 € par jour télétravaillé, soit une exonération de 50 € pour un mois complet comprenant 20 jours de télétravail, et une exonération globale maximale de 550 € pour l'ensemble de l'année 2020.

Si vous êtes concerné par cette mesure, vous devrez vérifier que le montant de votre salaire prérempli dans votre déclaration de revenus 2020 en tient compte. En principe, ce sera le cas car l'administration fiscale a demandé aux employeurs d'exclure les allocations pour frais de télétravail exonérées d'impôt des salaires imposables à lui télétransmettre. Toutefois, si votre employeur a malgré tout ajouter ces allocations à vos salaires imposables, vous devrez corriger votre déclaration préremplie en conséquence, afin de ne pas être imposé sur vos allocations pour frais de télétravail exonérées d'impôt.

Attention, cette tolérance concerne exclusivement les allocations forfaitaires que vous avez perçues pour couvrir les frais professionnels que vous avez supportés au titre de vos périodes télétravaillés à domicile. Les allocations que vous a versées votre employeur en 2020, en plus de votre salaire, pour faire face aux autres frais liés à votre emploi (frais de déplacement, d’hôtel, de repas, de colloque…) ne sont pas concernées. Ces dernières doivent être traités fiscalement comme les années antérieures :

- celles destinées à couvrir des frais spécifiques qui ne sont pas déjà couverts par la déduction forfaitaire de 10 % applicable sur vos salaires, comme des frais d’hôtel et de restauration supportés lors de déplacements professionnels, sont exonérées d’impôt dès lors que vous les avez utilisées conformément à leur objet ;

- celles versées pour couvrir vos dépenses professionnelles courantes déjà couvertes par la déduction forfaitaire de 10 % (frais de déplacement entre votre domicile et votre travail, de repas sur le lieu de travail, de documentation…) sont imposables, et vous devez les déclarer en plus de votre salaire.

Bon à savoir : Certaines allocations pour frais d'emploi versées par l'employeur sont exonérées d'impôt, dans certaines limites, bien qu’elles soient destinées à couvrir vos frais professionnels courants, voire des frais non professionnels. C'est notamment le cas de la participation de votre employeur aux titres-restaurants, aux chèques-vacances et aux frais de transports.

Vous optez pour la déduction de vos frais professionnels réels

Si vous optez pour la déduction de vos frais professionnels réels, vous devez, comme chaque année, ajouter à vos salaires imposables les allocations pour frais d'emploi que vous a versées votre employeur en 2020, y compris les allocations forfaitaires destinées à couvrir vos frais de télétravail à la maison. Mais en contrepartie, vous pouvez déduire en frais professionnels les dépenses engagées pour les besoins de votre activité professionnelle exercée en télétravail dans les mêmes limites que les salariés qui n'optent pas pour la déduction des réels. Soit à hauteur de 2,50 € par jour télétravaillé, de 50 € par mois télétravaillé, ou de 550 € pour l'année entière.

De plus, si les dépenses que vous avez supportées pour télétravailler sont supérieures à ce forfait de déduction, vous pouvez en déduire le montant exact, dès lors que vous pouvez les justifier. Dans ce cas, le montant déductible n'est pas limité. Par exemple, si vous avez supporté 1 500 € de dépenses de télétravail en 2020 et reçu 500 € d'allocations forfaitaires de votre employeur pour couvrir ces frais, vous devez ajouter ces 500 € d'allocations à vos salaires imposables, et vous pouvez par ailleurs déduire les 1 500 € de dépenses que vous avez payés.

Retenez, enfin, que les salariés qui optent pour la déduction de leurs frais réels sont autorisés à ne pas déclarer les allocations reçues de leur employeur pour couvrir des frais professionnels dont ils ne demandent pas, par ailleurs, la déduction. Ainsi, si vous ne tenez pas compte de vos dépenses de télétravail dans vos frais déductibles, vous n'avez pas à déclarer les allocations pour frais de télétravail que vous avez perçues.

Bon à savoir : Le communiqué de presse du ministère des Finances indique que des précisions sur la prise en compte des frais de télétravail seront prochainement mises en ligne sur le site des impôts, en particulier sur les modalités de prise en compte des frais liés à l'usage professionnel de votre logement. A suivre.