Gel du barème progressif de l'impôt, réduction des  "niches fiscales", hausse des prélèvements sur les revenus de placements, suppression du seuil d'imposition des plus-values mobilières, réforme de la taxation des plus-values immobilières, contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, taxe spéciale sur les loyers abusifs, suppression du dispositif Scellier... Tour d'horizon des réformes qui vont impacter vos impôts en 2012 !

Le barème progressif de l'impôt est gelé en 2012

Le barème progressif de l'impôt sur le revenu est gelé cette année. Mécaniquement, certains d'entre vous, qui n'étaient pas imposables jusqu'à présent, vont le devenir, tandis que d'autres verront leur taux marginal d'imposition augmenter.

Les intérêts et les dividendes sont soumis à des prélèvements supplémentaires

Les revenus de placements financiers sont largement mis à contribution pour éponger nos déficits. Ceux de 2011 ont subi deux augmentations des prélèvements sociaux et un relèvement de un point du prélèvement forfaitaire libératoire; ceux de 2012 subiront un second relèvement de celui-ci, de deux à cinq points.

 

Les plus-values mobilières deviennent imposables au premier euro

Vos plus-values de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux perçues en 2011 vont être imposées en 2012 quel que soit le montant de vos ventes de titres de l'année. Au total, vos gains vont supporter 32,5 % de prélèvements obligatoires...

 

L'imposition des plus-values immobilières est réformée

Les plus-values immobilières réalisées en 2011 ont été plus taxées que celles réalisées un an plus tôt. Celles encaissées à compter du 1er février 2012 le seront encore davantage , du fait du doublement de la durée de détention requise pour être exonéré d'impôt.

 

Les "niches fiscales" sont doublement rabotées

Vos dépenses défiscalisantes de 2011 vous ouvriront droit cette année à des réductions d'impôt minorées de 10 % ; celles payées en 2012 subiront un second coup de rabot de 15 %. Les plus fortunés supporteront , en plus, une nouvelle diminution du plafonnement global des avantages fiscaux.

Les avantages fiscaux immobiliers sont supprimés ou réduits

Fin du crédit d'impôt pour intérêts d'emprunt, diminution et recentrage du crédit d'impôt "développement durable", suppression du dispositif Scellier et de la réduction d’impôt pour investissement dans le tourisme... les avantages fiscaux attachés à l'immobilier sont remis à plat pour les investissements réalisés à partir de 2011.

Les hauts revenus et les loyers abusifs sont soumis à une taxe supplémentaire

Si vous avez gagné plus de 250 000 € de revenus en 2011, vous devrez acquitter cette année une contribution exceptionnelle progressive de 3% puis 4% qui s'ajoutera à votre impôt "ordinaire". Si vous louez un micro-logement moyennant un loyer jugé abusif, vos recettes locatives de 2012 seront soumises à une taxe spéciale

Les déclarations de revenus multiples disparaissent

Si vous vous êtes marié ou avez divorcé en 2011, vous n'aurez qu'une seule déclaration à remplir cette année, et non plus deux comme antérieurement. Vous perdrez au passage le bénéfice de l'économie d'impôt qu'engendraient jusqu'à présent les déclarations multiples.

 

La CSG et les prélèvements sociaux augmentent à nouveau

En un an, les prélèvements sociaux dus sur les revenus de placements financiers sont passés de 12,1% à 13,5%. Par ailleurs, à compter du  1er janvier 2012, l'abattement applicable sur les salaires pour le calcul de la CSG et de la CRDS est supprimé ou réduit.

 

Vos impôts 2012, c'est aussi...

La réforme des plus-values immobilières entrée en vigueur le 1er février 2012 pourrait être rapidement remise en cause, si la nouvelle majorité parlementaire change de camp. De nouvelles règles d'imposition plus favorables seraient votées. Alors, avez-vous intérêt à vendre aujourd'hui ?...

 

Les prélèvements sociaux vont augmenter de 2 points, à 15,5 %, sur les revenus du patrimoine encaissés en 2012 et sur les revenus de placement perçus à compter du 1er juillet prochain...

 

Le taux de la TVA "normale", actuellement fixé à 19,6 %, grimpe à 21,2 % à compter du 1er octobre 2012...

 

Certaines transactions boursières réalisées à compter d'août 2012 vont être soumises à une nouvelle taxe de 0,1 %....